1449-cover-wind-59df6a453cd3e (1)Il faut croire que je suis tombée dans un vrai traquenard:

-primo, ce roman est publié par Gallmeister (oui, je suis accro mais je reste critique!)

-deuzio, des personnages qui citent d'emblée Slocum et Moitessier (rois des mers) et plus loin Edward Abbey (roi de l'ouest américain): je suis cuite, langue pendante, attendant le coup de grâce

-tertio: de la grâce, ce roman n'en manque pas!

C'est donc l'histoire d'une famille dysfonctionnelle: le père et le grand-père sont des constructeurs de bateaux qui ont connu leur heure de gloire, la mère est une scientifique fantasque, fan d'Einstein. Si la mère est plus à l'aise pour calculer des trajectoires que pour la vie de famille, le père est une sorte de tyran familial obligeant ses enfants à consacrer tout leur temps libre à la voile.

Les enfants, parlons-en: Bernard, l'aîné, à l'âme d'un rebelle; Josh, le narrateur, le coeur sur la main, un coeur d'artichaud bien évidemment, un peu looser aussi; et Ruby, la benjamine, la prunelle des yeux de chacun, une enfant insaisissable et qui semble commander le vent.

Pendant des années, cette famille se consacre corps et âme à la voile, pour la beauté du geste, pour la gagne mais à marche forcée et jusqu'à l'implosion.

Josh, le plus normal d'entre eux, maintient à flot le chantier naval avec son âme de bon samaritain et beaucoup d'autodérision tout  en régalant la galerie de sa catastrophique quête amoureuse. Jusqu'au jour où son père relance l'idée d'une dernière régate avec la famille au grand complet! Est-ce seulement imaginable tant les liens sont distendus, les rancoeurs tenaces, les incompréhensions des abîmes sans fond?

Peut-être que certains lecteurs seront "perdus" dans les passages purement maritimes (et un peu technique): ce n'est pas grave, passez quelques lignes mais par pitié continuez à lire!

Un formidable roman qui vous embarque dès la 1ère ligne, qui vous fait passer par toute la gamme des émotions avec humour et subtilité.

Quelques moments de grâce dont je parlais au début et que je n'oublierai pas: une échappée belle à la Moitessier, une marina qui part à la dérive... C'est fou, je les vois déjà en images sur grand écran!

Un de ces livres qui ont le don de vous faire vivre une parenthèse enchantée et, pour tout cela, j'ai juste envie de dire: merci Jim! (c'est promis maintenant, je lirai tous vos livres)