les-aventures-de-ruben-jablowskiLe chaînon manquant entre Fuck America et Nuit (ou inversement). Si vous n'avez jamais lu de livre d'Edgar Hilsenrath (91 ans ), pourquoi ne pas commencer par celui-ci?  On y trouve une sorte de concentré de son style: grave et grivois, profond et fantaisiste, réaliste et burlesque.

Ruben, un jeune allemand juif, raconte le périple de sa famille fuyant le nazisme à travers l'Europe et plus loin encore.

Si les personnages sont fictifs, le parcours est le même que celui de la propre famille de l'auteur; il a d'ailleurs raconté l'épisode du ghetto ukrainien dans Nuit (jamais lu un bouquin aussi fort sur le processus de déshumanisation en œuvre dans un système concentrationnaire, à ranger à côté de Si c'est un homme). Et, soit dit en passant, son œuvre donne le vertige car Fuck America raconte l'écriture de Nuit (ce qui est fou car autant on se bidonne à lire le premier que la lecture du second vous glace le sang). Les éditions du Tripode ont fait une infographie fort utile pour démêler tout ça!

WP_20171031_10_06_51_Pro

Bref, revenons à Ruben et à son périple qui donne l'occasion à Hilsenrath de nous raconter ce qu'il advint aux juifs de pays comme la Roumanie ou la Bulgarie, dont j'ignorais tout pour ma part. S'ensuivra le départ pour le jardin d'Eden de la future Israël et ses délicieuses oranges: un pays de cocagne où les survivants de toute l'Europe se retrouvent, aveugles à la souffrance qu'ils infligent aux habitants de ce territoire.

La veine burlesque et obsédée de Fuck America apparaît peu à peu au contact du jeune homme avec les femmes... Ses difficultés à trouver ou garder un travail en Palestine sont aussi toute une aventure!

Bref, un écrivain à découvrir ou à continuer de lire!  un extrait ici

On doit remercier les éditions du Tripode (anciennement Attila) pour la redécouverte de cet auteur unique qui parvient à mêler le grotesque à l'ignoble. Ça me fait penser que je n'ai pas fini de lire Le Nazi et le Barbier, un livre si férocement drôle que seul un survivant de la Shoa pouvait se permettre d'écrire...