Petit Sachem a lu

Ouest américain*6: vers le Nord de l'Utah

De Moab à Vernal (itinéraire ici)

C'est avec un petit pincement au coeur que nous quittons Moab ce matin.

Avant  de partir, on fait une razzia au Walker Drug: matériel en prévision de nos nuits en camping dans des "cabins", souvenirs, cartes postales et cartes d'anniversaire (il y a un rayon de cartes spéciales pour les soldats assez incroyables, un truc qu'on ne voit pas chez nous!).

Allez, 10h, on y va: on a 215 miles à a faire (4h30). A la sortie de la ville, on rate presque la sortie pour la route 128 mais Olivier, grâce à un dérapage de folie mais maîtrisé (mon coeur est sorti de ma cage thoracique!),  nous remet dans le droit chemin. Cette route passe entre les falaises rouges et le fameux Colorado: splendide! C'est une belle façon de quitter petit à petit ces lieux magiques.

01-DSC_0705

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02-DSC_0710

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai le nez sur la carte pour ne pas rater la piste qui nous mène aux Fisher Towers. Une piste! Olivier est aux anges! On est bien content d'avoir un SUV. Tiens, j'ai vu un serpent traverser juste devant la voiture... (une petite pensée pour Gilles). On aperçoit les Fishers Towers au fond (des monolithes de plis de 200 mètres des haut), mais ce qu'on préfère sur cette piste, c'est le paysage au fond à droite: on se croirait à Monument Valley...

06-DSC_0725

05-DSC_0722

 

 

 

 

 

 

 

04-DSC_0715

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03-DSC_0713

On passe le Colorado et le paysage devient de plus en plus désertique (avec des canalisations pour le pétrole partout): on prie pour ne pas tomber en panne ici... On traverse d'ailleurs une sorte de village fantôme, Cisco, qui nous froid dans le dos, avant de rejoindre l'autoroute I70. Comme dans les films, je vois des boules de buissons séchés poussés par le vent (Clint va débarquer!).

3-2014-08-08 12

 

 

 

 

 

 

 

 

07-DSC_0735

08-DSC_0736

Bon, le GPS a eu du mal à trouver la bonne route, la 139 qui doit nous faire passer les Roan Cliffs par un col à 2520 mètres. Après quelques minutes d'énervement, on y arrive! Comme on nous l'avait dit: chaque petite bourgade a son parc où on peut pique-niquer à l'ombre: on trouve notre bonheur à Loma. Les montagnes s'élevent au fond de longues lignes droites parsemées de petites fermes (je prends des photos pour mes parents).

10-DSC_0742

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13-DSC_0751

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14-DSC_0753

 

 

 

 

 

 

 

 

La route commence à s'élever gentiment, mais négocier des pentes avec une automatique c'est un peu déroutant, heureusement Olivier maîtrise à la perfection le passage en manuel! La vue après le col de Douglass Pass est très belle. Les sommets culminent entre 2500 et 3000 mètres mais ne ressemblent pas du tout à nos alpages bucoliques. Ici, la montagne est sèche, assez désertique. Pas mal de camions sur cette route (cette fois, on pense au film  de Spielberg, "Duel").

11-DSC_0744

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12-DSC_0745

Revenus sur le plateau, pause-café à Rangely dans un petit dinner familial typiquement américain avec des vieilles photos de la ville autrefois. Ca fait du bien! enfin, le café aussi est américain et ça, c'est un problème! On se dit qu'avec les distances de fous qu'il y a entre chaque ville et le peu de services que semblent offrir celle-ci: 1, ça ne doit pas être facile d'être ado ici et 2, on comprend leur amour des bagnoles qui sont synonymes de liberté.

Vernal: visite de la carrière de fossiles de Dinosaur National Monument au dessus de la Green River. Une ranger nous donne quelques explications sur le site (en anglais). Ce n'est pas une visite indispensable mais c'est sur la route. J'avais prévu de suivre une route qui mène à des pétroglyphes, mais on est un peu fatigués et on préfère rejoindre notre hôtel (erreur!).

15-DSC_0755

16-DSC_0764

17-DSC_0769

18-DSC_0770

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une jolie route de campagne nous mène à Vernal où l'on doit faire étape. Alors, l'hôtel... bon, on y a dormi mais il n'aura pas la meilleure note! On se souviendra de cette entêtante odeur de désodorisant censée cachée une autre odeur, beurk.

On va manger en ville pour s'aérer, enfin, on a dû louper le centre-ville quelque part... On hésite entre toutes les chaînes de fast-food et on finit par se rabattre sur une sorte de brasserie (JB's) qui a l'air déserte (mais se remplira peu à peu).

Ce repas restera surtout dans nos souvenirs à cause de la boisson choisie par Olivier pour la 1ère et dernière fois: de la root beer, tout un programme!!! On en a bu pendant tout le repas (regrettant à chaque fois chaque nouvelle gorgée, sans alcool) juste pour pouvoir mettre un mot sur l'étrange sensation que l'on ressent en buvant cette boisson et sur cette question lancinante qui vous obsède peu à peu: "mais c'est quoi, ce goût???" Moi, ça me rappelle un médicament, mais lequel? Dire que nous n'en avons pas rapporté, zut. Mais je vois qu'on peut en acheter ici, chic!

root beer

Ah! j'ai oublié de dire qu'à la table voisine, un monsieur avait une arme à son ceinturon. 1ère et dernière fois aussi.

4-2014-08-08 20 Oui, je sais: il y a des trous partout dans ce post et alors? Vous avez vu mon regard? Faut pas me chercher après une root beer...

Posté par petitsachem à 21:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Ouest américain*4: Arches

7 août: Parc national de Arches...attention, vous allez tomber amoureux!

Mille merveilles à voir dans ce parc, alors réveil à 6h, départ à 6h48 et arrivée au parc à 7h08! (74° F)

Grâce aux forums de Road Trippin et Voyage Forum, je sais qu'il faut traverser les 24 km de long du parc sans se laisser distraire par toutes les beautés que nous croisons pour profiter de ce lieu magique au mieux et pour anticiper une chaleur réputée mortelle! Alors, on y va tout schuss en s'extasiant sur le paysage!

01-DSC_0318

02-DSC_0325

Arrivée au parking de Devil's Garden à 7h55: on débute notre rando vers Landscape Arch à la fraîche dans de petits canyons. Nous frissonnons presque de froid, quel délice! Chemins sablonneux, grands pans de falaises rouges, quelques cris d'oiseaux... c'est le bonheur

04-DSC_0332

06-DSC_0339

Juste avant l'arche, notre 1er chipmunk: Corentin craque complètement pour ces bestioles, et il y a de quoi...

10-DSC_0356

Landscape Arch, la plus grande arche du monde: elle est à la fois majestueuse et fragile.

08-DSC_0345

09-DSC_0355

Un chemin continue que nous ne prendrons pas (des regrets, mais je pense que c'était quand même la bonne décision car ça va bientôt chauffer!). On rebrousse donc chemin, en prenant quelques sentiers de traverse vers Tunnel Arch

16-DSC_0396

et la délicieuse Pine Tree Arch (juste derrière, il y a un véritable terrain de glisse parfait pour un enfant de presque 10 ans, chut!)

12-DSC_0375

14-DSC_039115-DSC_0392

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le chemin du retour, le nombre de touristes commence à augmenter. J'ai l'impression qu'on est les seuls à remarquer ces lapins, lézards et autres bestioles!

On reprend la voiture pour aller vers un de ses endroits qui reste à jamais gravé dans votre coeur: Sand Dune Arch. Au milieu d'une barre rocheuse, un étroit canyon au sol de sable fin nous mène vers ce lieu magique:

19-DSC_0409

21-DSC_0413

23-DSC_0418

Il n'y a presque personne: "Luxe, calme et volupté"

J'adore la vallée que nous suivons: un désert oui, mais je trouve ses couleurs splendides:

49-DSC_0539

28-DSC_0446

Pause pique-nique en avance sur tout le monde: on profite de l'ombre pour nous seuls. Normalement, sur cette photo, un détail doit vous sauter aux yeux, enfin nous (et surtout Corentin), on a trouvé ça un poil provocateur dans un désert!

29-DSC_0448

 

 

 

Gros morceau de la journée, le secteur des Windows: il y a des arches dans tous les coins... et beaucoup  de touristes... on arrive à trouver une place sur le parking, on fait le plein d'eau et c'est parti vers North Windows (pleine de monde) et South Windows (plus tranquille).

25-DSC_0427

33-DSC_0458

34-DSC_0463

31-DSC_0453

37-DSC_047638-DSC_0487

C'est là qu'Olivier a l'idée d'aller vers notre prochaine destination (Double Arch) en passant par l'arrière de South Windows. Pour ceux qui connaissent, on prend un bout du Primitive Loop. On est en plein cagnard! Oui, mon chéri, c'est beau, oui... En fait, je pense qu'il a voulu se débarrasser de moi. Mais je marche plus vite que mon ombre (ça tombe bien, y'en a pas!): j'ai l'impression de courir sur des braises ardentes et de cuire du bas vers le haut (on l'inverse?). Vite, à l'ombre!!

40-DSC_0492

41-DSC_0493

Bon, j'ai survécu. Juste en face de nous, Double Arch (pour les fans d'Indiana Jones, on la voit au début de la Dernière Croisade). Ce n'est pas très loin en fait, mais il faut d'abord aller se ravitailler en eau dans la voiture (elle est à T° ambiante mais on s'en fiche).

44-DSC_0503

On y est arrivé, on profite longtemps de l'ombre sous cette grande arche.

45-DSC_0515

47-DSC_0530

Mais la chaleur a commencé à attaquer le cerveau de la mère et du fils: mes doigts ont gonflé et on dirait des saucisses. Du coup, on commence à délirer et à tout voir sous formes de saucisses, chipos et autres merguez! Corentin invente même un nouveau système pour l'heure: on ne dit plus "il est 13 heures et 45 minutes" mais "13 saucisses et 45 merguez"! Oui, ça m'a fait rire mais je n'ais plus toutes mes facultés mentales... J'ai même cru voir une limousine sur le parking! Hallucination ou pas??? 1-CIMG5938

Il est 14h: la chaleur est intenable (pour nous en tout cas). Fuyons d'ici et précipitons-nous dans la piscine!

57-DSC_0568

même si la journée n'est pas terminée...

Posté par petitsachem à 21:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Ouest américain*3: Canyonlands

 

 

6 août: finie la rigolade, c'est parti pour le dépaysement total!

Réveil matinal, on profite du décalage horaire et d'être les 1ers au p'tit déj (on fait abstraction des donuts et autres pâtisseries douteuses, mais qu'est-ce que c'est que ces céréales bleues, roses et vertes??)

02-DSC_0070

Programme de la journée: Canyonlands sur le plateau du Colorado! Nous n'en ferons qu'une petite partie, Island is the Sky, car ce parc est immense. La route est déjà une merveille et il ne fait que 71° Fahrenheit à 7h30 (21° Celsius).

Un petit arrêt pour admirer le point de vue sur le Shaifer Trail: vertigineux! On y va... ou pas.

 26-DSC_0195

 

27-DSC_0196

05-DSC_0094

Et on commence par une balade très agréable, à la fraîche, vers notre 1ère arche de grès rouge, Mesa Arch. Je n'ai rien dit à Olivier et Corentin, ils ont la surprise! Quelle beauté et, en plus, il n'y a presque personne.

10-DSC_0115

08-DSC_0111

En chemin, nous voyons nos 1ers écureuils, lézards et compagnie (à bien y regarder, ces lieux à priori inhospitaliers grouillent de vie).

01-DSC_0068

Bon, passons aux choses sérieuses: Island in The Sky est aussi appelé le "petit Grand Canyon" et voilà pourquoi! C'est tellement gigantesque qu'il n'y a rien à dire...

13-DSC_0130

15-DSC_0137

Nous partons en bordure de falaises pour une petite promenade d'1 h. A l'aller: la vue, l'immensité, le vent nous donnent des ailes! Au retour: Corentin et moi sommes au bord de l'apoplexie :( il est 11h et j'ai l'impression de cuire sur place, plus de souffle, suis toute rouge, Corentin se traîne lamentablement...  C'est sûr, on va crever là, après 40 ans, t'es plus rien de toute façon!! Bon, en fait, tout s'explique: on est à presque 2000 mètres d'altitude et on est presque dans le désert... Pendant ce temps là, Olivier ne souffre pas, lui!!

18-DSC_0146

19-DSC_0152

20-DSC_0154

Un pique-nique, de l'eau fraîche (glacière, je t'aime) et ça repart... un peu! De quoi nous régaler de la vue sublimissime de Green River Overlook: les méandres de la rivière en contrebas, et tout au fond, The Maze, endroit mythique pour les lecteurs du Gang de la clé à molette... C'est grisant d'être ici!

22-DSC_0165

23-DSC_0167

25-DSC_0187

On finit par Dead Horse State Point, à quelques centaines de mètres au-dessus du Colorado.

30-DSC_0212

De l'autre côté, une vision surréaliste: des bassin d'un bleu irréel... en fait, les bassins de mines de potasse (d'où le nombre de camions et l'immense train de marchandise). Je cite Corentin: "c'est beau mais c'est chimique... mais c'est beau"

32-DSC_0218

Il est 14h, la chaleur (96° F) devient très difficile pour 2 membres de cette famille (le 3ème doit venir d'une autre planète). 36-DSC_0314

Vite, la piscine de l'hôtel!!!

Olivier poursuivra son rêve de piste en empruntant une route qui longe le Colorado pour monter jusqu'à Island in the Sky (bon, il fera juste quelques km...). Ça mérite une bonne bière fraîche!

 

Posté par petitsachem à 18:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 décembre 2015

livraison de romans graphiques

paulPaul dans le Nord, Michel Rabagliati, éd. de la Pastèque

Quel bonheur de retrouver notre québécois préféré! Je suis tellement contente que plusieurs lecteurs de la bibliothèque aient succombé à son charme. L'essayer, c'est l'adopter!

Donc, on est en 1976, les Jeux Olympiques de Montréal s'annoncent mal et Paul a 16 ans: l'ennui, les copains, l'envie de liberté, d'une moto et la découverte des premiers émois... et bien sûr, des parents qui n'y comprennent. Rien de nouveau sous le soleil me direz-vous, oui mais il y a la finesse de l'auteur, sa capacité à coucher sur le papier nos petits maux, ce qui ne se dit pas, son trait simple qui nous rapproche de ses personnages  et, bien sûr, la langue de Rabagliati qui vous fait entendre le québécois comme si vous y étiez.

Un très bon Rabagliati!! Les 1ères pages ici

paul4

phoenixLe Voyage de Phoenix, Jung, Soleil/Quadrants

Plusieurs destins se croisent autour de la Corée du Nord et du Sud: la guerre côté américain, la séparation d'un peuple en deux. Mais c'est surtout une histoire de filiation ou d'absence de filiation, d'adoption, de drames intimes.

Résumé de l'éditeur:

3 destins s’entrecroisent :
Jennifer, fille d’un soldat américain passé en Corée du Nord. Fille d’un père absent, communiste et traître, l’Amérique la rejette. Elle consacre sa vie à un orphelinat de Séoul.
Aron adopte un petit garçon et s’attache tant à lui qu’il délaisse sa fille ; il s’enfonce dans la dépression lorsque son fils tombe gravement malade.
Doug, le meilleur ami d’Aron, est militaire et orphelin depuis longtemps. C’est lui qui a poussé Aron d’adopter. Il se sent responsable de ce qui se passe.

C'est une histoire bouleversante, racontée avec une infinie tendresse. L'image récurrente d'un phénix renaissant de ses cendres atténue quelque peu la tristesse du sujet.

Très beau.

vp4

vp75

vp76

vp77

le-dernier-arpenteur-des-sables-2b693Le dernier arpenteur des sables, Jay Hosler, éd. Cambourakis

Une étonnante épopée à hauteur d'insectes! Jay Hosler, entomologiste américain, vous embarque dans une expédition scientifique menée par Lucy, un petit coléoptère à casquette rouge, à la recherche d'une autre forme de vie.

C'est sans compter le professeur Owen, abominable savant fou à grosses mandibules et haut de forme noir... Car il est toujours dangereux de bousculer l'ordre établi.

C'est étonnant, drôle et instructif! J'en ai appris malheureusement plus sur les araignées...

Chaque personnage a son caractères, ses secrets, ses tourments ou ses vices cachés (comme Raef, un coléoptère very spécial!). Des tas de péripéties leur arrivent. Mes préférées: le piège posé par une affreuse araignée, l'attaque très bavante des vers de velours, l'allumage intempestif du derrière de Raef (qui réserve bien des surprises).

A découvrir!

dernier arpenteur_48269-1Le-Dernier-arpenteur116

 

pianoLe Piano oriental, Zeina Abirached, Casterman

Un double récit:

Celle d'un pianiste libanais qui consacra sa vie à chercher le moyen de jouer de la musique orientale avec un piano classique, une histoire de quart de ton difficile à résoudre. Un pont entre deux cultures, entre deux civilisations qui sera admiré mais pas utilisé: pas le bon instrument, pas le bon moment

Celle de l'auteur qui a grandi à Beyrouth puis s'est installé à 23 ans en France. Une vie entre deux pays et deux langues qui parfois se tiennent bien sagement chacun de leur côté de la frontière et puis, au bout du compte, se mélangent, s'entremêlent, se malmènent et s'enrichissent.

Une belle introspection. J'ai beaucoup aimé la partie consacrée à la langue, aux expressions. Zeina Abiracheb a un trait plein qui joue avec les noirs et les blancs, fait virevolter les mots et les notes de musique.

piano3

piano2

pianp4

Posté par petitsachem à 14:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

10 décembre 2015

Promenons-nous dans les bois, Bill Bryson, Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs

payotOn ne présente plus Bill Bryson, chroniqueur américain qui aime croquer ses semblables avec une bonne dose d'ironie et d'acidité, recette qu'il applique aussi volontiers à lui-même, ce qui fait tout son intérêt. 

Après avoir dépeint l'Amérique des motels avec mordant (entre autres), il décide de "faire" l'Appalachian Trail. Un chemin de randonnée mythique qui traverse 14 états de l'Est, de la Géorgie au Maine... aussi mythique que le GR20 en Corse pour nous (180 km), ça calme!

Il choisit comme compagnon de rando son vieil ami Kalt (en même temps, c'est le seul à avoir accepté!): ex-alcoolique, lent, gros, un peu borderline, bref plein de réjouissances au programme! C'est vrai que ces deux-là forment un duo de randonneurs pas très affûtés ni très courageux. Ils sont comme nous quoi!

J'ai particulièrement aimé les moments où Kaltz pète les plombs :-), genre jeter une gourde d'eau (grosse erreur...)

 

Etcentralia puis cette description de Centralia, une ville de Pennsylvannie sinistrée: un incendie ravage son sous-sol charbonneux depuis 1962! Le feu s'est propagé dans les strates souterraines: des fumées qui sortent de terre, les routes affaissées, le bitume craqué, les maisons abandonnées. Une vision cauchemardesque.

 

Heureusement, il y a aussi la traversée des Great Smoky Mountain, la forêt de Shenandoah et le Maine et ses lacs.

Et, ô, Robert Redford a craqué lui aussi: Un film avec Robert Redford (sortie janvier 2016)

Posté par petitsachem à 20:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,



30 novembre 2015

Livraison Gallmeisterienne

images

2 Craig Johnson pour le prix d'1! traduits par Sophie Aslanides bien sûr

Steambot: Ce qui ne devait être qu'une nouvelle, c'est transformé en court roman pour notre plus grand plaisir! Ce n'est pas à proprement parlé une nouvelle aventure de Walt Longmire, mais plutôt un pas de côté centré sur l'ancien shérif, Lucian Connaly, le pire résident de la maison de retraite de la ville de Durant.

Dans ce roman, il y a une jeune inconnue, un vieux zinc, des révélations sur la jeunesse de Lucian, des manettes récalcitrantes, quelques bosses, une grosse tempête de neige... Je ne veux pas en dire plus pour ne pas gâcher votre plaisir. Un roman court, oui, mais mené à un train d'enfer, bourré d'humour et aussi un beau conte de Noël. Yep!

La Messagère: La nouvelle de Noël dont Craig Johnson nous fait grâce tous les ans est un petit délice à savourer avec délectation. On y trouve des grizzlys, un hibou et nos 3 personnages préférés de la série: Walt, Vic (en grande forme) et l'inénarrable Henry Standing Bear.

Une histoire drôlissime emplie de croyances cheyennes...

A demander à votre libraire préféré!

5577-cover-father-559157e7a694f

 Père et fils, Larry Brown (collection Totem)

L'auteur de Joe, qui a inspiré le très beau film du même nom avec Nicolas Cage, nous livre une histoire poignante, profonde qui tisse peu à peu ses fils autour des  thèmes qui lui sont chers: la paternité, la culpabilité, la rédemption.

Une histoire sombre autour de pères et de fils maltraités, mal-aimés, cachés ou ignorés... Et de beaux portraits de femmes aussi.

J'ai beaucoup aimé ce roman qui, malgré quelques longueurs parfois, vous prend aux tripes et vous donne envie de replonger dans l'univers de cet écrivain.

Posté par petitsachem à 16:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 octobre 2015

Rentrée littéraire*2

chalandonProfession du père, Sorj Chalandon, Grasset

L'écriture fluide de Chalandon a le don de vous happer dès les premières lignes, d'aller droit au coeur et c'est encore le cas avec son dernier roman où l'on comprend pourquoi la figure du père revient si souvent dans son oeuvre. 

Le récit d'une enfance pas comme les autres, dominée par un père mythomane, violent, fou à lier mais une folie réduite au coeur du foyer, invisible de l'extérieur. Acteur de l'OAS? parachutiste? agent secret? conseiller de De Gaulle? la liste est longue...

Mais pour ce petit garçon, toutes ces affabulations sont la vérité puisqu'elles ne sont connues de personne et non démenties par la mère. Une vie construite sur rien, sur le vide et le non-dit.

Comment crever l'abcès, trouver la vérité parmi toutes ces fausses pistes? Mieux vaut laisser la parole à l'auteur:

"Longtemps, j'ai pensé à cette phrase. Prêts à vivre. et ce jour-là, devenu adulte et revenu près de mon père, j'ai su qu'il ne m'avait pas vaincu. Je n'avais été abîmé ni par la haine, ni par la rancœur. J'avais rangé mon pistolet et ma lame de rasoir. J'étais prêt à vivre."

varianteLa Variante chilienne, Pierre Raufrast, éd. Alma

Un petit roman très touchant et assez original.

Un "couple" improbable constitué d'un prof et d'une ado en cavale (je ne vous dit pas tout quand même) se met au vert dans un coin reculé. Leur seul voisin se révèle être un type étonnant: à la suite d'un accident, il a perdu toutes sensations et a des problèmes avec sa mémoire. Pour se souvenirs des belles et moins belles choses de sa vie, il a dû "fixer" chaque souvenir sur un caillou...

Débute alors l'étonnant défilé des souvenirs pas communs de cet homme aux mille et une vies, dont l'absence d'émotion a fait côtoyer le pire et le meilleur.

Vraiment très plaisant! J'ai aimé qu'il y ait des passages assez glauques et sordides pour échapper un peu au phénomène tendance du "feel good book". Auteur à suivre donc!

Et, ô surprise, l'auteur a la délicatesse de remercier ceux qui ont soutenu son premier roman dont les blogueuses Folfaerie et Keisha (bravo les filles!!). La classe!

 

Posté par petitsachem à 10:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

28 septembre 2015

Rentrée littéraire*1

 

index

Petits plats de résistance, Pascale Pujol, éd. Le Dilettante

Le pitch de l'éditeur m'avait fait saliver: "un premier roman à la carte en forme de comédie urbaine tressautante, de pochade érotique et de sociodrame papillaire où chaque chapitre est mis sous l’invocation d’un plat ou d’une denrée. Soit, en entrée, Sandrine Cordier, une Pôle-employée tant futée et ambitieuse qu’allante et dodue, nantie d’un Guillaume de mari dont le grand oeuvre est une arnaque aux kiosques de presse et deux enfants, une fillette surdouée du net et un ado mode et sous-tendu ; soit, en plat principal, le groupe Lacarrière résumé au patriarche patron de presse libéral, Marcel, à son rejeton, un baise dru jet-setteur et plutôt nigaud, et à son porte-flingue, Bricard is the name, finaud et haut en magouilles.

Mais tel un soufflé qui s'effronde, je suis restée amplement sur ma faim avec ce roman dont je n'ai pas apprécié l'écriture, plein de clichés et cousu de fil blanc. Il m'a même énervée. Pourtant la caricature et les outrances ne me font pas peur!

Je l'ai quand même lu jusqu'à la fin en attendant la parution de "6 jours" (ci-dessous) et aussi parce que "ça se lit" et que j'ai quand même bien aimé les passages culinaires... A vous de voir!

 

14414_aj_m_121

6 jours, Ryan Gattis, éd. Fayard

De l’autre côté de l’Atlantique, Ryan Gattis nous embarque pendant « 6 jours » au cœur du chaos qui a régné à Los Angeles en 1992 suite au passage à tabac de Rodney King par la police.

Sous couvert des émeutes qui enflamment la ville, l'heure est aux règlements de compte entre gangs. Ryan Gattis s’attache à nous faire découvrir les multiples facettes de personnages aux destinées complexes, terribles et parfois belles, qu'ils soient victimes, tueurs, gangsters, repentis.

Dès le 1er chapitre, terrible (mais terriblement bien écrit), le lecteur est mis à terre (âmes sensibles s'abstenir) et ne peut que poursuivre sa lecture! C'est profond et subtil malgré la violence.

Un grand texte et un coup de coeur!

 

 

Quand le diable sortit de la salle de bain

Quand le diable sortit de la salle de bain, Sophie Divry, éd. Notabilia

Mais qu'est-ce que c'est que ce bouquin??? Cet ovni littéraire est présenté comme un "roman improvisé, interruptif et pas sérieux" peut-être pour mieux cacher qu'il s'agit de littérature, et de la bonne!

L'histoire: les tribulations lamentables d'une chômeuse en fin de droits que la moindre petite facture met en danger. Elle est dans la dèche, la vraie.

Elle est souvent interrompue par sa mère et par un copain totalement obsédé (pour lequel elle devra écrire quelques pages osées et hilarantes!). Sans oublier les apparitions du diable, Lorchus, sorte de mauvaise conscience qui vous pousse à mal agir, à donner le pire de vous-même. Figurez-vous que ce diable immonde parle comme un tonton flingueur et ça, c'est un régal!

Elle se joue de la langue, invente des mots (surtout les verbes), utilise la typographie, remplit la page, un vrai festival qui déplaira sûrement à certains lecteurs mais que j'ai adoré.

Et puis, ce n'est pas qu'une question de style: l'histoire est crédible et il y a de beaux passages sur la famille et l'enfance.

Mon gros coup de coeur! Pour vous faire une idée, un extrait ici.

Posté par petitsachem à 20:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

27 septembre 2015

Ouest américain 12*: Canyon de Yellowstone

6h du matin, il fait un peu frais: Olivier relance le poêle. Qu'est-ce qu'on est bien ici! Et ce matin, il y 2 biches. Je veux pas partir :-(

13° degrés! Il faut dire qu'ici, l'altitude varie de 2300 à 2600 mètres. C'est un vaste haut plateau, ce qui fait que certains d'entre nous ont un peu la nausée et mal au crâne.

Aujourd'hui, nous allons découvrir le canyon de Yellowstone. Oui, il y a aussi un canyon! Et quelques petites randos sont prévues (si tout va bien) et aussi de la "randonnée en voiture", c'est à dire aller d'un point de vue à un autre en voiture. Oui, il y a mieux mais on ne reste "que" 4 jours et le parc est grand comme la Corse avec des sites à voir partout...

On s'arrête avant à Calcite Spring et Tower Falls: ça fume et ça sent l'oeuf pourri!

01-DSC_0582-001

02-DSC_0583

04-DSC_0591-001

05-DSC_0595-001

La route longe la Lamar Valley puis monte le long du mont Washburn, c'est magnifique, on y voit aussi une partie de la forêt brûlée.

06-DSC_0597-001

07-DSC_0600

08-DSC_0599

Petite promenade dans les bois pour se dégourdir les jambes: c'est là qu'on se rend vraiment compte qu'on est dans un lieu possiblement fréquenté par les ours et je peux vous dire que ça change tout!

09-DSC_0602-001

On fait juste une petite balade, pas très sereins, à l'affût du moindre bruit...

12-DSC_0608-001

13-DSC_0609-001

16-DSC_0613-001

17-DSC_0615-001

Ah!! un écureuil!!

10-DSC_0604-001

11-DSC_0605-001

On a la trouille mais quand on se retouve nez à nez avec une biche qui ne s'enfuie pas à notre passage, c'est magique.

14-DSC_0610

Allez, il est temps d'aller voir ce canyon et on s'attaque à l'Uncle Tom's Trail: un escalier de 300 marches qui nous font descendre quasiment au pied de la chute de Lower Falls. Superbe!

19-DSC_0619

20-DSC_0620-001

23-DSC_0624-001

22-DSC_0623-001

l'envers du décor...

25-DSC_0628-001

24-DSC_0626-001

26-DSC_0631

27-DSC_0632-001

On enchaîne avec Brinck Upper Falls: un point de vue juste au-dessus de la chute. Tiens! un bison qui se repose au bord de la route.

29-DSC_0634-001

30-DSC_0646-001

Visiblement, les 300 marches ont achevées les gars: j'y vais toute seule à fond les ballons! et je ne regrette pas: le bruit est impressionnant

31-DSC_0645-001

32-DSC_0651

33-DSC_0653

Brink Lower Fall: point de vue  sur une autre chute. Whaou!

34-DSC_0652-001

36-DSC_0660-001

37-DSC_0666-001

On s'arrête pour admirer une voiture...et un grand cerf qui mange tranquillement, surveillé par un ranger (qui surveillent surtout les humains)

38-DSC_0667-001

39-DSC_0670-001

40-DSC_0672-001

41-DSC_0684-001

On ne verra pas le Grand Canyon cette fois, mais celui de Yellowstone nous a ravi :-) même si je suis nulle en selfie

42-DSC_0691-001

43-DSC_0692-001

44-DSC_0695-001

7-2014-08-14 14

On rebrousse chemin pour aller vers notre prochain couchage à Mammoth Hot Springs Hotel. Dire que j'ai réservé les nuits presqu'un an avant...

45-DSC_0699-001

46-DSC_0701-001

C'est la seule fois où nous dormirons dans un hôtel du parc (cabin pour les autres nuits).

2-CIMG6020

Le pique-nique du soir dans le parc situé devant l'hôtel est assez mouvementé et mouvant. J'ai oublié de préciser qu'il y a  des cerfs partout dans cette ville hôtelière. Et voilà qu'un petit recherche desepérement sa mère en criant, celle-ci l'entend mais se trouve de l'autre côté de l'hôtel, bref ils tournent en rond, semant la pagaille dans les autres groupes de cerfs, et carrément la fuite chez les humains (qui n'ont pas très envie de se trouver face à une maman en colère). Et à la fin, ils se retrouvèrent et nous pûmes manger en paix.

3-CIMG6019

8-CIMG6029

Certaines touristes surexcitées agacent ces bestioles et les rangers doivent intervenir! curieux...

1-CIMG6018

On est si près du Montana qu'on ne résiste pas à y aller juste histoire de...

Voilà la Roosevelt Arch (l'entrée historique)

4-CIMG6031

5-CIMG6032

La chambre 316 nous attend: elle est un peu bruyante car proche du distributeur de glace mais nous y passons une bonne nuit. Goodnight!

 

Posté par petitsachem à 19:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 septembre 2015

Ouest américain*11: en route vers Yellowstone

ça y est, c'est le grand jour (pour moi surtout): à nous Yellowstone!

Départ de Cody, on prend la magnifique route 296 appelée "Chief Joseph Highway" qui nous offre de superbes paysages très colorés: du rouge, du vert, du jaune. C'est route est vraiment très belle, calme et assez peu fréquentée.

01-DSC_0449-001

02-DSC_0450

03-DSC_0451-001

04-DSC_0452

Le col de Indian Dead Summit (le sommet de l'indien mort):  c'est beau! C'est aussi un lieu historique: ici sont passés 600 Nez-Percés et 2000 chevaux fuyant la cavalerie américaine. De belles sculptures en acier rappelle cet événement. 

05-DSC_0458-001

06-DSC_0460-001

10-DSC_0470-001

Aujourd'hui, il y a surtout des chipmunks et des petits écureuils. Pas farouches et si mignons!

07-DSC_0462-001

08-DSC_0465-001

09-DSC_0466-001

On atteint maintenant de beaux paysages de montagnes

11-DSC_0473-001

13-DSC_0475-001

14-DSC_0476-001

Pause pique-nique au bord d'une rivière attaqués par  les moustiques !

16-DSC_0480-001

17-DSC_0482-001

Neige! Stop! En bon touristes que nous sommes, nous n'y résistons pas!

19-DSC_0490-001

20-DSC_0491-001

Enfin, le col de Beartooth Pass (la dent de l'ours) à 3340 mètres: des pikas (il faut bien regarder au milieu des rochers), des rochers (youpi), de la neige et des espèces de "serpents de terre"

23-DSC_0496-001

24-DSC_0497-001

25-DSC_0506-001

28-DSC_0512-001

30-DSC_0518-001

27-DSC_0511

31-DSC_0519-001

 

 

 

 

 

 

Nous rebroussons chemin et nous dirigeons vers l'entrée Nord-Est de Yellowstone. Quelques travaux: intrigués par certains panneaux, nous comprendrons plus tard que des investisseurs privés participent à la réfection des routes.

15-DSC_0477-001

12-DSC_0474

 

 

 

 

 

Je jubilais à l'idée de mettre un pied au Montana: c'est fait! Nous sommes au pays des écrivains comme Doug Peacock, Pete Fromm, Jim Harrison...et des ours. Des panneaux nous avertissent que nous rentrons dans le territoire du grizzly, ça commence...

34-DSC_0523-001

35-DSC_0524-001

36-DSC_0526-001

38-DSC_0528-001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A exactement 15h54 (vous vous en fichez, mais tant pis): nous entrons dans le parc de Yellowstone (créé en 1872). Nous nous allégeons de 25 dollars (qui comprennent aussi l'entrée du Parc de Grand Teton). Le ranger est sympathique et il trouve que notre voiture dégage une bonne odeur et se marre quand je lui dit que cela vient sûrement du fromage français que nous apportons avec nous (strictement interdit). Le plus hallucinant est qu'il m'ait compris!!! Victoire!

40-DSC_0531-001

41-DSC_0532-001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme à Moab: c'est un parc "naturel" mais où les voitures (beaucoup) ont le droit de circuler, où on trouve des hôtels, des routes, des magasins, une autre conception que chez nous. Ici, tout est géré par une société privée, donc c'est un business auquel nous participons.

1er arrêt: des gens regardent quelque chose avec des jumelles (c'est comme ça tout le temps à Yellowstone: on voit d'abord les gens avant de voir les bestioles): des chèvres de montagne au loin (comme dans Yakari) à voir à la jumelle.

42-DSC_0534-001

Rentrer par ce côté dans Yellowstone est magique car on traverse la Lamar Valley: de vastes prairies très appréciées des animaux. Et des rivières avec d'étranges empreintes d'autant plus qu'un panneau nous avertit à propos d'un grizzly et d'une certaine carcasse de bison (pas tout compris).

43-DSC_0536-001

44-DSC_0537-001

45-DSC_0538

Notre 1er troupeau de bisons à l'horizon: je suis très émue de voir ça, l'impression de toucher du doigt quelque chose de primitif

46-DSC_0542

De plus en plus de bisons, de plus en plus proches. L'un d'entre eux se roule dans l'herbe. Ces grands animaux nous impressionnent drôlement: on ressent toute leur puissance et bien qu'on soit dans la voiture, on se sent tout petits.

48-DSC_0554

2-IMG_20140813_171749869_HDR

49-DSC_0558-001

50-DSC_0559-001

51-DSC_0562-001

On doit s'arrêter pour les laisser passer. Incroyable! On est impressionnés par le son qu'ils produisent: une sorte de grondement/grognement. Ces bestiaux n'ont rien à voir avec des vaches, c'est sûr, et dans la voiture, on serre les fesses!47-DSC_0551-001

Tiens! il y a vraiment beaucoup de voitures arrêtées ici, et tout un tas de gens regroupé en haut d'une petite colline: on appelle ça un bearjam. Corentin et moi les rejoignons et avec les jumelles, que voyons nous? un grizzly. Si, si, la petite tâche marron au milieu: c'est un grizzly qui se repose près d'un point d'eau, sans doute dans une mare de boue (je pense que vous ne verrez rien sur la photo!). Ça fait tout drôle... Il est loin, mais quand même, UN GRIZZLY, mazette.

53-DSC_0564-001

52-DSC_0563-001

On se remet comme on peut de nos émotions et passons la Yellowstone River (l'odeur sulfureuse ne nous trompe pas).

Notre "cabin"/cabane à Roosevelt Lodge (un ensemble de cabanes autour d'un accueil/restaurant/boutique où j'achète des boucles d'oreilles pour ma filleule Margaux).

3-CIMG6014

4-CIMG6015

Adorable: je vais rester là! J'ai trouvé ma cabane au Wyoming.

Des bons gros lits bien moelleux et un poêle. On ne résiste pas à se faire un petit feu, comme des trappeurs :-)

54-DSC_0567-001

55-DSC_0569-00156-DSC_0570-001

 

57-DSC_0571-001

58-DSC_0566-001

68-DSC_0573-001

69-DSC_0574-001

59-DSC_0581-001

Et en plus, il y a une biche. Que demander de plus?

6-CIMG6017

Posté par petitsachem à 17:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]