sourdinDès qu'un nouveau roman de Jeff Sourdin sort, je me précipite pour le lire (pour la chronique, je suis toujours en retard) mais cette fois-ci, j'ai eu peur et eu envie de crier:  "Non Jeff, t'es pas tout seul!"

Il faut dire que dans ce texte, qui met en scène un écrivain de "seconde zone" nommé Rubempré, c'est la condition des "petits auteurs" de province dont il est question: la quête d'un éditeur, les séances de dédicace infructueuses, les heures passées dans les salons littéraires, les bibliothèques, les librairies à attendre désespérément le lecteur en feignant un flegme à toute épreuve (cela dit, je précise que c'est douloureux aussi pour les libraires et les bibliothécaires ! un souvenir commun avec Jeff et d'autres...). Il faut dire qu'il est difficile de se faire remarquer dans une petite ville si loin du café de Flore, surtout quand le maire jette son dévolu sur vous et pas forcément pour les bonnes raisons...

Du vécu donc mais avec une haute dose d'autodérision, d'ironie, de loufoquerie (l'invention de la CASS: la Confrérie des Auteurs Sans Succès!), de délicatesse qui le caractérise avec la solidarité qui existe vraiment entre écrivains de "2ème division".

J'ai vraiment eu un pincement au coeur à lire ce livre d'où mon cri "Non, Jeff, t'es pas tout seul!". Moi qui, dans les salons et les festivals littéraires, ne voit que ces éditeurs et auteurs sans public qui s'ennuient à mourir, moi qui développe des stratégies de contournement voire d'évitement je l'avoue (parce que je ne peux pas tout acheter)...

Et surtout parce que j'aime ses bouquins, les lecteurs de ma bibliothèque aussi, mes collègues aussi, que j'ai envie (et besoin) qu'il continue à écrire malgré tous ses aléas! Si vous aimez la littérature délicate, fine, sensible et  profonde, si vous voulez découvrir un écrivain qui ne passe pas à la Grande Librairie (mais qui devrait): LISEZ SES LIVRES!!! ici ou

Et vous pouvez aussi l'inviter dans vos librairies, bibliothèques ou salons (ah! ah!) car en plus d'être un bon écrivain, Jeff est d'une infinie gentillesse ;)

A écouter: la chronique radio de ce cher Félix Boulé sur Radio Laser