part La part du feu

Après le petit miracle d' "Eux sur la photo", Hélène Gestern nous livre son deuxième roman, toujours chez Arléa. Disons-le tout de suite: je n'ai pas été déçue.

J'ai d'abord eu le plaisir de retrouver son écriture fine et précise. Cette simplicité, ce choix des mots m'émeut quand on sait à quel point l'auteur semble intelligente et complexe (j'ai eu l'occasion de la rencontrer lors d'une dédicace).

Elle reprend aussi la thématique de la recherche des origines, des troubles de l'identité, de l'énigme que représente la vie réelle de nos parents.

Allez, je vous raconte (un peu) l'histoire: au cours d'un banal examen médical, Laurence découvre qu'elle ne sait pas tout sur ses origines et que ses parents lui cachent quelque chose. Malgré elle, elle voit les fondements de sa vie vaciller.

Une correspondance retrouvée et la photo d'une jeune femme suscite sa curiosité. Elle va se rendre compte que ses parents étaient liés aux activités d'un certain Guillermo Zorgen, activiste extrémiste de gauche des années 70.

Un personnage charismatique à l'opposé de ses parents à la vie rangée, disparu dans des conditions assez mystérieuses.

Un roman qui se lit à toute allure et qu'on ne peut plus lâcher! Un deuxième essai réussi: je dis bravo.

gestern